Rapport des juges et parties sur la pollution de Saint-Sauveur

mardi 18 juin 2019

On ne parlait plus que de ça dans les gazettes et les dîners. Tout le monde l’attendait, haletant, pétrifié, nous, vous, les élus, les promoteurs... Quoi donc ? Le Rapport. Le Rapport de « l’Agence régionale de santé ou d’un expert indépendant » sur la qualité de l’air de Saint-Sauveur. Le rapport réclamé par le Commissaire-enquêteur qui lèverait ses réserves sur la pratique de la natation en territoire pollué. Ce rapport vient de tomber. Dès les trois premiers mots, nous en savons assez pour connaître son destin, tragique mais juste : la broyeuse à papier.

JPEG - 114.5 ko

Ces trois mots, apposés en page de garde dudit rapport, sont « Pollution Santé Longévité ». Soit le pôle d’expertise sur les pollutions, auteur du rapport donc, de l’Institut Pasteur de Lille. L’Institut Pasteur n’est pas l’Agence régionale de santé (ARS). Reste à savoir s’il est un « expert indépendant ».

On peut déjà avoir un doute quand on se penche sur les statuts de l’Institut Pasteur : une fondation créée par…la Ville de Lille (article 1) et dont les cinq membres du collège des fondateurs, au sein du Conseil d’Administration, sont tous choisis par…la Ville de Lille (article 3).

Plus précisément, dans son Conseil d’administration, nous trouvons les mêmes personnes qui vont bétonner Saint-Sauveur. Entre autres :

- Son président : l’élu Jacques Richir, pour la mairie de Lille, défenseur et financier du projet Saint-Sauveur, qui ne s’est pas privé de le défendre en réunions publiques ;

- Son vice-président Xavier Bertrand pour le Conseil Régional, qui doit mettre 10 millions d’euros dans la construction (représenté par Nicolas Lebas).

- Son secrétaire : François Kinget, représentant Damien Castelain pour la Métropole, financier du projet, à l’origine de toutes les délibérations sur Saint Sauveur ainsi que des enquêtes publiques qui ont conduit aux réserves du commissaire enquêteur que ce rapport vise à lever ;

- Mais surtout, et la chose ne manque pas d’ironie, une représentante d’AG2R La Mondiale dont le président n’est autre que... Jean-François Dutilleul ! Jean-François, président d’AG2R-La Mondiale, est aussi PDG de la holding Rabot-Dutilleul chargée de construire la piscine, tandis que son fils François s’était fendu en mars 2019 d’une contribution à l’enquête publique sur la ZAC Saint Sauveur pour nous rappeler les immenses bienfaits d’y construire une piscine…
Vous avez dit « indépendance » ?

Passons sur les autres membres du C.A., élus à la mairie de Lille et autres scientifiques. Parmi les « experts » qui pondirent le rapport, on trouve des chercheurs de l’Institut Pasteur et d’autres du C.H.U. de Lille, lui-même présidé par Martine Aubry.

Nemo judex in causa sua, dirait un tribunal : ce rapport est celui de juges et parties. Quoi qu’il dise au-delà du troisième mot, il est nul et non avenu puisqu’il n’est ni celui de l’A.R.S., ni celui d’un expert indépendant. Il émane bien plutôt d’élus, de notables, d’industriels et de scientifiques qui nous prennent, une nouvelle fois, pour des cons.

Association pour la Suppression des Pollutions Industrielles (ASPI)
Association Préservation, Aménagement, Réappropriation collective de Saint-Sauveur (PARC)