Aubry a détruit plus de logements sociaux qu’elle n’en a construit

vendredi 29 mars 2019

C’est un concert de lamentations, un chœur, un orphéon ! Le trémolo dans les voix nous aurait presque tiré les larmes. Quand il s’agit de livrer les 23 hectares de la friche Saint-Sauveur à la promotion immobilière, le logement social devient la priorité des priorités. S’y opposer serait folie. Sauf qu’en dix ans la ville de Lille a détruit plus de logements sociaux qu’elle n’en a construit ! Voici les chiffres que la MEL ne vous a pas communiqués.

JPEG - 792.6 ko

On a entendu Aubry en 2014 faire du logement la priorité de son mandat : elle promettait 10 000 supplémentaires d’ici 2020, dont 30 % de logements sociaux. En 2008 déjà, elle promettait entre 6 000 et 8 000 logements dont 30 % seraient sociaux.(1) Puis on a entendu son vice-président à l’urbanisme Stanislas Dendievel nous rappeler que « 16 000 ménages lillois attendent un logement et que Saint-Sauveur est une des réponses à cette ’crise’. »(2) Enfin, on vient d’entendre la représentante de la Fondation Abbé Pierre venir à leur secours : « Faire de toute cette surface un parc, c’est peut-être ne pas prendre en compte la réalité de l’état des lieux du logement. »(3) Cet état des lieux, nous venons de le recevoir. Et il est lamentable.

Cette semaine, la MEL invitait les acteurs du logement pour leur communiquer ses derniers chiffres en la matière. Parmi ceux-ci,deux ont retenu notre attention :

Entre 2005 et 2015, Lille a perdu 123 logements sociaux. C’est un solde « construction - destruction ». C’est-à-dire qu’Aubry a détruit plus de logements sociaux qu’elle n’en a construit ! Il y en a donc moins aujourd’hui qu’au début de son mandat, malgré les promesses, les jérémiades, les affichages en « ville de la solidarité ». Seule Roubaix fait moins bien dans la métropole.

Autre chiffre, toujours livré par la MEL, qui mérite notre attention : il y aurait 12 % de logements vacants à Lille dont 20% depuis plus d’un an. Soit : 3 649 logements vides pour lesquels il y a moins d’empressement à les remplir que pour livrer une friche au BTP.

Sachant cela, les acteurs associatifs du logement prendront leurs responsabilités. Chacun apportera son soutien ou non à la lutte pour préserver Saint-Sauveur – rappelons que sur les 2400 logements prévus, 7,5 % seront vraiment sociaux (« P.L.A.I. »), soit 180.

Qu’importent les vibratos et les partitions jouées fortissimo ! La municipalité lilloise (« socialiste ») n’a que faire des plus démunis. Non seulement ils sont moins bien logés, mais en plus ils respirent un air toujours plus pollué !

P.A.R.C. & A.S.P.I.
29 mars 2019.

Voici l’extrait de l’Atlas de l’Observatoire de l’Habitat Privé 2018 :
http://elnorpadcado.fr/IMG/pdf/atlas_de_l_observatoire_habitat_prive_2018_extrait.pdf